Greffe de barbe

La greffe de barbe est une technique chirurgicale qui consiste à effectuer des implants capillaires au niveau de la barbe afin de la densifier, de corriger le dessin ou le contour de la barbe ou de camoufler un défaut comme une cicatrice.

La greffe de barbe consiste en l’implantation des cheveux de l’arrière du crâne d’un patient vers une zone de la barbe dégarnie ou absente.

Il s’agit d’une autogreffe, aucun traitement immunosuppresseur ou anti-rejet n’est donc nécessaire. Il existe deux techniques de prélèvement : la technique FUE ou la technique FUT.

 

Important : Il est aussi possible d’effectuer la greffe en prélevant des poils de barbe natifs pour les transférer vers une zone dégarnie. Néanmoins, un prélèvement sur le visage implique un risque cicatriciel.

Selon la technique utilisée, on réalise au préalable un rasage de de la zone donneuse et/ou de la zone receveuse. Le médecin s’assure ensuite que le patient soit bien installé.

Une asepsie rigoureuse est effectuée, ainsi qu’une anesthésie locale.

Selon la taille et la difficulté de la zone à traiter, la durée de la séance peut changer, sans toutefois excéder 8 heures.

Le patient reçoit ensuite un kit post-opératoire visant à faciliter la prise des greffons et la cicatrisation de la zone de prélèvement.

Dans tous les cas, le traitement et le suivi sont adaptés à la personne.

Après une anesthésie locale préalable, le geste est sans douleur. Toutefois, la mise en place de l’anesthésie peut entraîner une sensation d’inconfort.

Des consignes sont données à la fin de l’opération et un pansement peut être appliqué sur la zone donneuse.

 

Les principaux effets secondaires sont les suivants :

– un œdème du visage qui peut être visible (sous 24 à 48h) puis se résorbe en quelques jours

– la présence de petites croûtes au niveau de la zone donneuse et receveuse (qui disparaissent sous 7 à 10 jours)

– une rougeur légère à modérée au niveau de la zone implantée, qui s’estompe en quelques semaines

– un phénomène de « shedding » (chute de la tige du cheveu implanté), qui peut apparaître dans le premier trimestre. Puis les greffons poussent et se densifient au fil des mois.

La première semaine, les greffons doivent rester bien propres et à l’abri de toute traction ou arrachage.

Important : La greffe de barbe peut entraîner une sensation d’irrégularité au toucher, due à la cicatrisation des implants.

– « Shock loss » : il s’agit d’une chute des poils 2 à 3 semaines après l’intervention, autour de la zone receveuse et/ou de la zone donneuse. Elle est généralement temporaire.

– Résultat insuffisant, ou asymétrie de la barbe : due à une mauvaise prise des greffons ou à une implantation insuffisante (densité faible).

– Folliculite : il s’agit d’une infection de la peau, traitée par des soins locaux et/ou un traitement antibiotique.

– Kystes épidermiques : ceux-ci peuvent apparaître sur la zone receveuse ou la zone de prélèvement. Ils s’éliminent souvent naturellement ou par traitement simple.

– Cicatrices : des micro-cicatrices peuvent être visibles sur la peau implantée du visage, qui serait glabre ou rasée. Le risque de cicatrices hypertrophiques ou chéloïdes est faible.

En cas de FUT : élargissement de la cicatrice, sensibilité accrue du cuir chevelu (souvent transitoires).