Greffe de cheveux – FUE

La greffe de cheveux est une technique qui consiste à transférer les cheveux d’un même patient depuis une zone fournie vers une zone chauve ou dégarnie. Cette opération étant une autogreffe, elle ne nécessite pas de traitement immunosuppresseur ou anti-rejet.

Il existe deux types de prélèvement : la technique FUE et la technique FUT.

C’est la technique FUE qui est présentée ci-dessous.

La technique FUE (ou Follicular Unit Extraction) est une technique de prélèvement capillaire récente. Il s’agit d’une opération de microchirurgie dite « cheveu par cheveu ». Cette intervention n’engendre pas de cicatrice linéaire sur le cuir chevelu.

Avec la technique FUE, l’implantation peut se faire à partir de l’arrière du crâne, ou encore à partir de zones pileuses du corps (torse, dos, barbe). Dans ce cas, on parle de BHT (Body Hair Transplantation).

Cette opération a lieu en ambulatoire, elle nécessite une anesthésie locale préalable ainsi qu’un matériel spécifique de microchirurgie.

Le praticien utilise des punches de prélèvement de haute précision (sorte de forêt permettant de percer le cuir chevelu de petits trous).

Les punches utilisés sont généralement de la plus petite taille possible afin de limiter le risque de cicatrices.

Une fois les cheveux prélevés, ceux-ci sont implantés manuellement, les uns après les autres sur la zone receveuse.

Afin de faciliter la greffe, un rasage de la zone donneuse et/ou de la zone receveuse (environ 1 mm de longueur) est réalisé au préalable.

Le praticien s’assure ensuite que le patient est bien installé.

Une asepsie rigoureuse et une anesthésie locale sont réalisées, puis la séance peut débuter.

Selon la taille de la zone à traiter et la difficulté de l’intervention, la durée de celle-ci peut varier sans jamais dépasser 10 heures.

Après la séance, un kit post-opératoire est donné au patient afin de faciliter la prise des greffons et une bonne cicatrisation.

Dans tous les cas, le traitement et le suivi sont toujours adaptés à la personne.

La chirurgie FUE est utile pour prélever des cheveux par petites quantités, dans des cas de réparation du cuir chevelu ou pour des implantations très localisées (sourcils, barbe), mais aussi pour des greffes plus importantes dans le cas de calvities avancées.

L’opération est sans douleur après une anesthésie locale des zones concernées. La réalisation de cette anesthésie peut engendrer une sensation d’inconfort relativement limitée.

A la fin de l’opération, les consignes opératoires sont données au patient et le praticien peut appliquer un pansement au niveau de la zone donneuse.

Les suites opératoires les plus courantes sont :

– un œdème du visage qui peut apparaître sous 24 à 48h puis s’atténuer en quelques jours

– de petites croûtes sur la zone donneuse et la zone receveuse, qui disparaissent sous 7 à 10 jours

– une rougeur légère à modérée vers la zone implantée, puis qui s’atténue sous quelques semaines

– un phénomène de « shedding » (chute de la tige du cheveu implanté), courante durant le premier trimestre, avant que les greffons ne poussent et se densifient au fil des mois qui suivent.

 

Par ailleurs, il est important que les greffons restent propres et bien protégés de toute traction ou arrachage durant la première semaine après l’intervention.

Il est en effet possible de reprendre une activité physique peu de temps après l’opération, sans arrêt de travail majeur, les suites opératoires étant relativement simples.

Phénomène de « Shock loss » : il s’agit d’une chute capillaire 2 à 3 semaines après l’intervention, autour de la zone receveuse et/ou de la zone donneuse. Elle est dans la plupart des cas temporaire.

Asymétrie ou résultat insuffisant, engendré par une mauvaise prise des greffons ou une implantation insuffisante (faible densité des poils).

Folliculite : infection cutanée localisée, qui nécessite un traitement par des soins locaux et/ou une antibiothérapie.

Kystes épidermiques : apparition sur la zone receveuse ou la zone de prélèvement. Ceux-ci disparaissent généralement d’eux-mêmes ou avec un traitement simple.

Cicatrices : des micro-cicatrices peuvent apparaître sur la zone greffée. Le risque de cicatrices hypertrophiques ou chéloïdes est restreint.