PRP (Vampire Lift)

Le PRP (Plasma Rich Platelet ou Plasma enrichi en plaquettes) est utilisé dans de nombreux domaines médico-chirurgicaux (chirurgie orthopédique, chirurgie esthétique, brûlures…). Il s’agit d’une procédure simple et peu invasive, qui consiste en l’injection d’une quantité de plasma du patient (injection autologue).

L’injection de PRP dite « Vampire Lift » est une technique d’injection du visage, du cou, du décolleté et des mains qui vise à apporter directement des facteurs de croissance à la peau.

Le but de cette technique est de stimuler les cellules souches du derme pour augmenter la production de collagène et d’élastine. Ainsi, la peau est mieux hydratée, rajeunie et plus éclatante.

Cette technique s’adresse aux hommes et aux femmes. Elle ne nécessite pas d’anesthésie préalable.

 

Le PRP est souvent associée à la photobiomodulation par LED (ou LLLT : Low Level Laser Therapy). Il s’agit d’un laser à basse énergie qui va potentialiser l’action de l’injection de PRP.

Cette intervention consiste à injecter une quantité définie de PRP directement dans la peau via une aiguille stérile très fine. La profondeur et le taux de distribution du produit vont aussi être adaptés en fonction du résultat attendu et du patient.

Par cette stimulation, les cernes colorés, les vergetures, certaines cicatrices sont améliorées.

La photobiomodulation par LED consiste en l’obtention d’une réponse cellulaire après l’action d’une lumière de basse énergie. Ceci se traduit au niveau mitochondrial par une augmentation de la production de l’énergie cellulaire (synthèse d’ATP) et du nombre de cellules.

Tout d’abord, le médecin s’assurera que le patient soit confortablement installé.

Puis, une première étape de prélèvement sanguin simple est effectuée. Ensuite, l’infirmière initie la centrifugation du sang pour isoler les éléments figurés du sang (quelques minutes). Enfin, le PRP est soigneusement récupéré.

Après une asepsie rigoureuse, le geste peut commencer.

La durée de la séance peut varier selon la taille et la difficulté de la zone à traiter, mais n’excède jamais 45 minutes.

A l’issue des injections, le patient bénéficie de la séance de LED qui dure 25 à 45 minutes en fonction du protocole médical choisi.

Plusieurs séances sont préconisées en traitement d’attaque (en règle générale 2 à 6 séances, par intervalle de 30 jours).  Ensuite, des séances d’entretien sont préconisées (1 par semestre).

Dans tous les cas, le traitement et le suivi sont toujours personnalisés.

En général, la séance de PRP peut-être légèrement sensible. Il s’agit plus d’un inconfort limité, ne nécessitant pas d’anesthésie locale préalable.

Toutefois, dans certains cas, nous pouvons proposer une crème anesthésiante.

Les suites sont simples : elles se caractérisent par des rougeurs, de légers oedèmes et parfois des ecchymoses.

Le risque infectieux est très faible, et ne nécessite pas d’antibioprophylaxie.

La reprise d’activité est immédiate.