Acné

L’acné est une maladie du follicule pilo-sébacé qui est liée à l’hypersécrétion de sébum, à une oxydation locale et à des anomalies de la kératinisation.

Elle survient à l’adolescence mais peut perdurer à l’âge adulte. Des poussées acnéiques tardives sont de plus en plus fréquentes chez la femme de 30-40 ans.

Elle se traduit cliniquement par une obstruction du canal excréteur du follicule pilo-sébacé et à la formation de comédons, ce sont les points noirs. Ces lésions de rétention se compliquent parfois d’une inflammation secondaire à l’infection d’un germe de la peau qui se développe dans le sébum (Propionibacterium acnes), ce sont les points blancs.

Il n’y a pas plusieurs types d’acné, néanmoins il existe plusieurs stades d’acné.

On distingue schématiquement :

  1. la forme rétentionnelle – les comédons (= les points noirs)
  2. la forme inflammatoire – forme nodulo-kystique (= les points blancs), à ce niveau des cicatrices peuvent exister.
  3. la forme sévère dite acné conglobata, avec des abcès, des fistules et des cicatrices en relief.

En fonction du contexte, il faudra veiller à limiter l’hyperséborrhée, l’oxydation  et l’inflammation chronique.

– Pour l’inflammation et oxydation : stress, tabagisme, exposition solaire, alimentation riche en aliments à index glycémique élevé…

– Pour l’hyperséborrhée : hyperandrogénie, période de règles (hyperandrogénie relative), corticoïdes…

Le traitement sera à adapter à chaque patient et à sa clinique.

Les règles de vie sont applicables pour tous les patients : modification alimentaire pour limiter les aliments à index glycémique élevé (pain blanc, soda, bonbons…) et les laitages en grande quantité, ne pas trop manipuler les comédons et les nodules, éviter des produits comédogènes, éviter les expositions solaires ou les UV, ne pas fumer, privilégier des produits cutanés et alimentaires aux vertus anti-inflammatoires (le zinc, le sélénium, les oméga 3, des probiotiques…).

Pour les formes minimes ou modérées : les soins locaux sont privilégiés comme des crèmes topiques spécifiques, un nettoyage quotidien de la peau et des peelings superficiels couplés à de la photobiomdulation par LLLT chez le médecin.

Pour les formes sévères : en plus des soins des formes mineures, il sera possible d’ajouter un médicament oral comme un antibiotique (tétracycline) qui limite le risque infectieux et donc les poussées inflammatoires, ou un traitement par isotrétinoïne en considérant ses effets secondaires.