Erythrose

L’érythrose correspond à un stade de la pathologie erythro-couperosique. Elle se caractérise par des rougeurs diffuses permanentes du visage prédominant aux joues, au nez, au menton et au front.

Il s’agit d’une pathologie chronique très fréquente avec une prévalence de l’ordre de 15% de sur les 15 – 70 ans.

Les patients les plus touchés ont souvent des caractéristiques communes :

– une peau claire qui a tendance à rougir en fonction de certains facteurs

– des phototypes clairs : 1-2

– majoritairement il s’agit de femmes (rapport de 1 sur 3)

La pathologie « erythro-couperosique » évolue par stades :

– Flush : la peau à tendance à rougir de façon réversible en fonction de certains facteurs (stress, émotion, plats épicés, café, atmosphère surchauffée)

– Erythrose : la peau est rouge de façon diffuse et permanente. Il peut exister des formes mixtes d’erythro-couperose.

– Acné : des lésions de type acné peuvent apparaître sur les zones concernées.

– Couperose (ou Rosacée) : la peau présente des petits vaisseaux superficiels dilatés (télangiectasies).

– Rhinophyma : il s’agit d’un stade très avancé de l’atteinte nasale où le nez est très déformé, bosselé. Le seul traitement efficace est chirurgical.

Les rougeurs sont liées à des petits vaisseaux superficiels que l’on voit par transparence.

Dans les stades débutants, il est impossible d’individualiser ces vaisseaux, on est au stade erythrosique. Dans les cas plus sévères, les télangiestasies se distinguent et sont plus ou moins visibles en fonction de leur calibre.

Les causes de la couperose sont peu connues, mais il semble que plusieurs facteurs semblent jouer comme la génétique, la pollution, les variations climatiques, une mauvaise circulation, l’alcool, le tabac…

Les traitements par lumière, qu’ils soient par lampe flash (IPL) ou laser vasculaire permettent d’éliminer ces vaisseaux et freinent leur évolution. Le choix de la technique dépendra du type et de l’importance des lésions sur votre peau.

Tout d’abord, le médecin vous préconisera l’éviction des facteurs favorisants et/ou aggravants : stress, chaleur (exposition solaire, sauna…), alimentation épicée, boissons chaudes, alcool…

L’érythrose peut être traitée par la lumière d’un laser ou bien d’une lumière pulsée.

La lumière du laser ou de la lampe flash (IPL) va passer la peau et sera absorbée par l’hémoglobine du sang. Cette absorption d’énergie lumineuse va engendrer de la chaleur qui va coaguler le vaisseau ciblé et ainsi le fermer. Ceci entrainera son élimination par l’organisme.

En fonction de l’indication, le médecin utilisera une lampe flash ou un laser.

La précaution principale reste que la peau ne soit pas bronzée et que le patient ne s’expose pas au soleil après la séance (environ 1 mois).

La grossesse et l’allaitement sont des contre-indications de principe, tout comme des lésions cutanées évolutives au niveau de la zone traitée.

Nous ne préconisons pas d’anesthésie cutanée préalable au traitement.

Lors de la séance, le médecin s’assurera que votre peau soit bien propre et que vous ne présentez pas de contre-indications.

Après avoir mis les lunettes de protection (patient et médecin), le médecin règle la machine en fonction de la lésion à traiter. Une fois le vaisseau ciblé, le médecin délivre l’énergie lumineuse pour coaguler le vaisseau.

Le traitement est indolore. Il peut être ressenti  un petit claquement, comme un coup d’élastique qui peut être accompagné d’une sensation de chaleur.

Les suites sont très simples.

Une fois le traitement terminé, la peau sera légèrement rouge pendant quelques minutes. Dans certains cas, un œdème peut se former, qui se résorbe rapidement sous 24-48heures.

En règle générale, 1 à 3 séances sont nécessaires pour un résultat satisfaisant.

Des traitements d’entretien peuvent être envisagés tous les 12 à 24 mois chez certains patients.